Vous êtes ici

Nature

Les sommets Vosgiens
 

Le Grand Ballon

Le point culminant du massif des Vosges est aussi parfois appelé Ballon de Guebwiller qu’il surplombe avec ses 1424 mètres comme l’ensemble de la plaine d’Alsace. Situé sur le tracé de la route des Crêtes, il est coiffé du radar de l’Aviation civile, très caractéristique avec son dôme monumental. Réaménagé il y a quelques années il est parcouru par un sentier de découverte qui en fait le tour complet jusqu’au sommet. L’hôtel historique du Club Vosgien de Strasbourg vous accueille en toute circonstance. Les Alpes suisses s’étalent par temps clair avec en premier lieu la Jungfrau, l’Eiger et le Möncher.

Le Grand Ballon
Le Grand Ballon
Passage  la ligne
 

Le Donon

Le Massif du Donon constitue avec ses 1009 m d'altitude le point culminant des basses-Vosges, à la jonction des provinces alsacienne et lorraine. Dès la préhistoire, parce qu'il est visible de loin, on lui attribue un caractère sacré qui ne le quittera plus. Sa situation à l'écart des foyers favorise le développement des légendes, mêlant mythe et réalité. Les Romains, mystérieusement séduits, consacrent le site à Mercure. En 1869, un pastiche réussi de temple antique vient couronner le sommet. Empruntez le sentier de découverte archéologique, jalonné de dessins commentés...

Le Rothenbachkopf

Situé plus au nord, ce sommet parfois qualifié de « Servin des Vosges » est le seul sommet à offrir un pic, comme point culminant. A son pied, le centre d’interprétation du Rothenbach permet de découvrir la faune et la flore typique de cette partie des Hautes Vosges : la gentiane, les landes à myrtilles, l’arnica, le chamois…

Le Petit Ballon

On accède sur ce sommet par la vallée de Munster, à partir de Luttenbach. Ce sommet est le domaine de l’élevage bovin et a la particularité d’être proche de la plaine d’Alsace à l’Est, de la Forêt Noire (Allemagne) et des Alpes suisses. Il offre, à l’ouest, une vue unique et époustouflante sur l’ensemble des sommets qui jalonnent la route des Crêtes. Là, la lecture du grand paysage s’impose : du sommet de Tanet au nord jusqu’au Grand Ballon au sud, c’est toute la toponymie de la chaîne des Vosges qui s’étale sous vos yeux.

Passage  la ligne
 
Le Donon
Le Donon
Le Rothenbachkopf
Le Rothenbachkopf
Le Petit Ballon
Le Petit Ballon

Le Hohneck

C’est l’autre sommet mythique des Vosges. S’élevant à 1363 mètres, c’est le seul sommet sur lequel on peut accéder en voiture. Mais si l’on veut « vivre le site », il faut le découvrir à pied depuis la route des Crêtes et progressivement s’élever… Le long des cirques glaciaires, on accède au sommet sur lequel se trouve l’hôtel historique Bernez. Depuis 1903, d’abord cabane en planche, la famille Bernez tient coûte que coûte ce haut-lieu, né de l’idée, avant 1914, d’aller voir la province perdue… l’Alsace à reconquérir ! C’est la vue panoramique par excellence, avec lecture du grand paysage à partir de la table d’orientation : 360° garantis !

Un chamois au Hohneck
Un chamois au Hohneck
Passage  la ligne
 

La Schlucht

Le col entre Gérardmer, « la perle des Vosges » et Munster l’Alsacienne à la croisée de la RD 417 et de la route des Crêtes. Col historique, frontière administrative entre l’Alsace et la Lorraine, lieu de villégiature de Napoléon III et du Kaiser Guillaume II, c’est le lieu de départ du célèbre sentier des Roches qui permet une randonnée quasi-alpine autour du massif du Hohneck. Frissons garantis ! Chaussures de montagne obligatoire sur ce chemin qui vit les douanes allemandes et françaises se surveiller pendant la période 1870-1918.

Le Champ du Feu

Ce site unique est le « jardin à la montagne » des habitants de Strasbourg. Situé dans la Vallée de la Bruche, c’est le sommet (1100 m.) du département du Bas-Rhin (67). Idéal pour les balades en famille, il bénéficie l’hiver d’un climat qui le situe au-dessus des bancs de brouillard qui bloquent la plaine d’Alsace : on peut y pratiquer les sports de glisse (ski, fond).

Le Ballon d’Alsace

Le plus au sud des sommets du massif des Vosges n’est pas son point culminant. Mais il a la particularité d’être situé à l’intersection des trois Régions Alsace, Lorraine et Franche-Comté. Sur son sommet, se croise également deux sentiers de Grande Randonnée GR 5 et GR 7. C’est aussi le sommet de la réconciliation après la victoire de 1918. On peut y accéder par la vallée de Masevaux (68), par Belfort et Giromagny (90) et par la vallée de la Haute Moselle à partir de Fresse et de Saint-Maurice (88). Du sommet par temps clair, les Alpes bernoises s’offrent aux regards des visiteurs.

Passage  la ligne
 
Coucher de soleil sur la Schlucht
Coucher de soleil sur la Schlucht
La montée au champ du feu
La montée au champ du feu
Fleurs du Ballon d'Alsace
Fleurs du Ballon d'Alsace

La Planche des Belles Filles

Situé à 1 148 m sur les hauteurs de la commune de Plancher-les-Mines, dans le Parc Naturel Régional des Ballons des Vosges, le site de La Planche des Belles Filles permets été comme hiver la pratique d'activités de plein air.

Selon la légende, « Il y a bien longtemps, un matin, la commune de Plancher-les-Mines tomba dans un grand émoi : les Suédois qui avaient envahi les terres lorraines approchaient en semant la terreur. Inès, qui était d’une beauté remarquable, admirait le courage des hommes du pays qui souhaitaient résister, tous sans exception. Elle pensa cependant que le meilleur moyen d’échapper aux barbares serait de se cacher dans la montagne. Beaucoup plus haut, il y avait un étang au milieu des grands chênes.

Après avoir réunit les jeunes filles du village, Inès et ses jeunes compagnes se mirent en chemin. Toutes avaient revêtu leurs plus jolies robes blanches et mirent des couronnes de liserons sur leurs cheveux, comme pour un jour de fête.

De là-haut, elles entendirent les cloches sonner le tocsin. Les Suédois arrivaient…

Quelques heures à peine s’étaient écoulées, que les bruits angoissants se rapprochaient et soudain, à travers les branches, Inès vit apparaître une troupe à cheval. Terrifiée, elle regardait avancer à la tête des cavaliers, un jeune chef qui lui parut beau comme un dieu.

Le Suédois avait arrêté son coursier et contemplait la jeune fille, muet d’émerveillement. Dans un regard, l’espace d’un instant, ils s’aimèrent vraiment. Le jeune chef ébaucha un geste, sans doute pour ordonner à sa troupe de faire grâce.

Mais les soldats hurlant se ruèrent vers leurs proies. Les jeunes filles éperdues s’étaient serrées autour d’Inès, qui, donnant l’exemple, se jeta dans les eaux sombres de l’étang. Les compagnes l’imitèrent sans hésiter. Le chef se précipita pour sauver Inès. Lorsqu’il parvint à la retirer des nénuphars, elle n’était plus qu’un corps sans vie. Il l’a prise dans ses bras comme un frêle enfant et la déposa sur un lit de mousse. Désespéré, il déposa sur le front d’Inès un baiser.

Le soldat prit ensuite une planche sur laquelle, de son poignard, il grava une épitaphe pour ces belles filles que furent Inès et ses malheureuses compagnes. »